Sex and the City 3 annulé et quand est-il de Girlfriends ?

@maraakil

Je lis partout que Sex and City 3 ne se fera pas, vu le 2, je pense que c’est une bonne nouvelle. J’ai aimé Sex and City la série, les galères parfois irréalistes d’une pigiste de Vogue vivant dans un 50 mètres carrés en plein coeur de Manhathan. Je me suis toujours posée cette question : comment Carrie Bradshaw pouvait-elle se permettre de vivre dans le centre de New York, s’acheter des Manolo Blahnik et constamment passer son temps à boire des cosmos dans les bars les plus huppés de l’Upper East Side tout en étant freelance ? Pour ma part, la série n’abordait que quelques aspects de la vie de femmes indépendantes matériellement, sexuellement et vestimentairement. Tout semblait si simple, sans réel prix à payer. Alors quand je suis tombée sur Girlfriends, je me suis aperçue des limites de Sex and City. Mara Brock Akil a voulu mettre en avant une autre image de l’Amérique, un autre aspect du féminisme un peu plus réaliste. La créatrice abordait des thèmes universels tels que l’abstinence, le célibat, le divorce, la monoparentalité entre autres mais également des thèmes plus communautaires comme le mariage interracial, les discriminations, le « colorism »… toujours avec une touche d’humour et avec en toile de fond Los Angeles. Voir des femmes noires épanouies à l’écran, auxquelles nous pouvons nous identifier, rebooste l’ego et ça peu importe l’endroit où l’on peut se trouver dans le monde. Lynn, Maya, Toni et Joan méritent plus qu’un film. Certes la série n’a pas bénéficié de la même exposition mais son point de vue influence encore mon écriture et continue d’influencer une nouvelle vague de journalistes, scénaristes, actrices de grande envergure. Nicole Amarteifio, Issa Rae, Melina Matsoukas, Michaela Coel, Ava DuVernay même Shonda Rhimes ne peuvent nier l’impact positif de Girlfriends et se revendiquent de Mara. C’est super mais sincèrement il n’y a rien de mieux que l’original. Mara, please, bring in on ! 

Laisser un commentaire